Etude statistique des stratégies d’arpentage en Egypte. Corrigé

Résumé 
Au vu du résultat des premières recherches égyptologiques menées au 19ème siècle, plusieurs savants Français envisagèrent que les anciens Égyptiens avaient une connaissance précise de la taille de la Terre. Pour une raison obscure, les chercheurs qui suivirent mirent de côté cette idée, attribuant les constats de leurs prédécesseurs au hasard. Pourtant, les explications des métrologistes Jomard et Gosselin étaient solidement étayées par des faits indubitables, et leurs recherches sont encore en grande partie valides de nos jours.
Cette étude reprend des recherches menées en 2011 (Miroslav Verner) et 2015 (Howard Crowhurst) qui renforcent l’idée que les anciens Égyptiens possédaient des moyens de géolocalisation très précis, et qu’ils implantèrent leurs pyramides le long du Nil en suivant des principes géométriques et métrologiques très rigoureux. Nous montrerons que ces recherches sont valides d’un point de vue statistique, géodésique et métrologique, ce qui démontre que les anciens Égyptiens avaient effectivement une connaissance très précise de la taille de la Terre, et une capacité moderne d’implantation de leurs monuments les uns par rapport aux autres sur de très longues distances (plusieurs kilomètres, voire plusieurs dizaines de kilomètres).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.